Cyril Zannettacci
Los 22 oct 2011

Wadada Leo Smith & Louis Moholo-Moholo

Jazz Bleu Indigo

Après le succès de la première saison, BLEU INDIGO, jazz au musée se poursuit ce trimestre sous le signe des hybridations entre jazz et musiques du monde, avec des rencontres inédites entre musiciens, la présentation d’artistes de jazz qui ont depuis longtemps travaillé sur les musiques extra-européennes, et les résonances africaines et asiatiques d’une New World Music.

à propos du concert

Quand l’un raconte : « Dans le Delta du Mississippi, la nature est une inspiration forte et profonde, tout particulièrement le matin quand le soleil se lève sur les terres plates du delta. Il y a cette image du soleil qui se lève juste à vos pieds, qui vous donne la sensation de faire partie de la nature. Vous avez autant de pouvoir qu’un arbre, qu’une montagne… » L’autre reprend presque : « En Afrique du Sud, même en ville, les ânes sont dans la rue, et les vaches, les moutons, les chèvres aussi. Tous ces sons ! Alors voilà, on reprend ce que l’on entend, votre environnement vous conditionne de telle manière que vous faites des choses sans véritablement vous en rendre compte. C’est en vous, dans votre cœur, vous ne pouvez y échapper. Les berceuses de votre mère, toutes ces choses contribuent à faire de vous un bon musicien. »

Le premier, Wadada Leo Smith, occupe depuis plus d’un quart de siècle la chaire « Dizzy Gillespie » au California Institute of the Arts, ce que lui ont valu sa carrière de trompettiste foudroyant comme ses études d’ethnomusicologie. On ne le sait pas assez, mais Smith a été l’un des premiers improvisateurs à penser de nouveaux rapports entre « jazz » et « musiques du monde », dès les années 70, au fil d’une recherche autant musicale que sociale ou scientifique, articulant la lancée afro-américaine et la puissance d’aspiration d’autres traditions, voire des pensées rastafari, taoïstes, soufies… Dans l’espoir qu’elles « finissent d’éliminer la domination euro-américaine icibas
» et qu’elles apportent un nouvel « équilibre dans le domaine des musiques du monde (entre l’Afrique, l’Asie, l’Europe, l’Euro-Amérique, l’Afro-Amérique). Nous sommes en position de former une communauté mondiale, et c’est de cette communauté que la nouvelle musique s’élèvera. Tous les êtres de la terre (toutes les créatures terrestres), leurs cultures et leurs arts respectifs, y seront représentés équitablement ». Non seulement Wadada Leo Smith a-t-il parcouru les États-Unis, du Sud (le Mississippi, où il grandit parmi les titans du Delta Blues) au Nord (Chicago, où il gagne
l’AACM et échafaude ses concepts de « New World Music » et de « Rhythm-Unit »), d’Est (le Connecticut, où il met au point sa méthode, son propre système de notation, l’Ankhrasmation, et publie ses premiers essais) en Ouest (la Californie où il développe l’African-American Improvisation of Music Program), mais il a aussi séjourné en Indonésie, au Japon ou en Islande… Le second, Louis Moholo-Moholo, de père Sutu et de mère Xhosa, a été marqué par un long exil européen du temps de l’apartheid, au cours duquel il s’est livré corps et âme à l’improvisation libre, comme pour
se ressourcer dans l’utopie, avec ses compatriotes les Blue Notes et au sein du Brotherhood of Breath, puis avec la fine fleur carnivore des improvisateurs les plus passionnants et les plus passionnels d’Europe et d’Amérique du Nord. Si, pour lui, l’Afrique du Sud est comme une fontaine de rythmes, le foisonnant batteur en aura versé et déversé les flux et les reflux partout sur son passage : « Que c’est beau la musique, c’est la plus belle des choses que j’aie jamais expérimenté
dans ma vie, c’est mon Dieu. Quand je joue de la musique, rien de mal ne peut m’arriver. J’entends dire que le paradis c’était plutôt pas mal, comme endroit. Mais moi, je n’y ai jamais mis les pieds. Par contre, je connais la musique
. »

Il était somme toute inévitable que Louis Moholo-Moholo réponde favorablement à l’invitation de
WadadaLeo Smith, lequel a entamé il y a une trentaine d’années une série de duos avec les plus téméraires batteurs de notre temps (Ed Blackwell, Jack DeJohnette, Hamid Drake, Günter « Baby » Sommer…). Au jeu de l’un, à la fois éclatant (sa trompette taillée en pointes et coquilles d’obsidienne transperçant le halo de silence qu’il semble générer autour de chacune de ses phrases) et comme à contre-jour (suspendant un collier d’éclipses au cou de la musique), « s’oppose » la batterie aimantée et survoltée, toujours en alerte et en alarmes, de l’autre, comme pour mieux dire tout à la fois la patience créatrice des musiques qui ont le temps et que l’on dit « traditionnelles », la liberté d’être seul et d’être ensemble des musiques du champ jazzistique, et les perspicacités particulières des musiques qui s’improvisent.

  • Distribution

    • Wadada Leo Smith : trompette, koto
    • Louis Moholo-Moholo : batterie
  • Duración:  01:30
  • Lugar:   Théâtre Claude Lévi-Strauss
  • Fechas:
    Las sábado 22 octubre 2011 de 18:00 de 19:30
  • Accesibilidad:
    • Handicap auditif bim (T)
    • Handicap moteur
  • Público:  Discapacidad auditiva (con Bucle de Inducción Magnético), Discapacidad motriz, Todos los publicos
  • Categoría : Conciertos
  • Billet cycle Jazz Bleu indigo
    Precio final:  15,00 €
    Reducir la tasa:  10,00 €

    Haz click aquí para todas las tarifas
  • Como parte de:   Jazz Bleu Indigo 2011-2012
Wadada Leo Smith © Scott Groller
Wadada Leo Smith & Louis Moholo Moholo : spectacle enregistré au Théâtre Claude Lévi-Strauss le 22 octobre 2011
Cycle jazz Bleu Indigo (22 octobre 2011, Théâtre Claude Lévi-Strauss) ; Dossier d'archive conservé au service des Archives et de la Documentation des Collections au Musée du quai Branly