Forêts d'Afrique Equatoriale

Novembre 2018

Contenu

Masque, Population Kwélé, Gabon, région de l’Ivindo. 19e siècle. Bois, pigments
Dation. Anciennes collections Charles Ratton, Madeleine Rousseau, Charles Lapicque, André Fourquet, Daniel Marchesseau

La vitrine Afrique 111 du Plateau des collections rassemble 10 masques des forêts d’Afrique équatoriale.

Présentation

Face ouest : LES MASQUES KWELE

La vitrine rassemble trois masques Kwele, qui se caractérisent par une forte abstraction. Au centre se trouve une pièce exceptionnelle, surnommée « masque à six yeux »,  qu’on appelle le « masque Lapicque » car il a appartenu au peintre Charles Lapicque.  Avec la trompe au centre, ce masque figure un éléphant et matérialise les esprits de la forêt.

Face sud : MASQUES ADOUMA ET NZEBI 

La face Sud présente des masques Adouma qui se caractérisent par de grands aplats de couleur, avec, au centre, une pièce qui est un des premiers masques entré au musée du Trocadéro. A droite, un rare masque Nzébi blanc et bleu (acquis en 2018 grâce à la Société des amis du musée du quai Branly – Jacques Chirac). 

Face est : MASQUES PUNU

On trouve deux masques blancs Okuyi, portés par des hommes montés sur des grandes échasses, qui représentent une jeune fille revenue du pays des morts. Au centre, un masque de justice Ikwara (masculin) avec les mêmes formes que les masques Okuyi - mais en noir.

Face nord : MASQUE TEKE TSAYI

Ce masque Teke Tsayi n’est pas forcément tout le temps porté au niveau du visage. Si l’on distingue le nez et les yeux, les motifs permettent de renverser constamment la composition. 

La vitrine Afrique 111 (nov. 2018)

  • La vitrine rassemble sur sa face ouest trois masques Kwele, qui se caractérisent par une forte abstraction.
  • Au centre se trouve une pièce exceptionnelle, surnommée « masque à six yeux »,  qu’on appelle le « masque Lapicque » car il a appartenu au peintre Charles Lapicque.  Avec la trompe au centre, ce masque figure un éléphant et matérialise les esprits de la forêt.
  • Face Ouest et Sud de la vitrine.
  • La face Sud présente des masques adouma qui se caractérisent par de grands aplats de couleur.
  • Masques anthropomorphes, population Adouma.
  • Au centre se trouve une pièce qui est un des premiers masques entré au musée du Trocadéro.
  • Masque anthropomorphe. Population Nzebi
Gabon, région de Pana. 19e siècle. Ancienne collection Jean-Claude Andrault (acquis grâce à la société des amis du musée du quai Branly – Jacques Chirac). 

Ce masque possède une couche très épaisse de bleus - noirs et de blanc kaolin. On reconnait très bien les visages anthropomorphes utilisés dans certaines cérémonies. Mais on manque beaucoup d’information car tous les costumes auxquels ils étaient liés sont absents.
  • Passage de la face Sud à la face Est de la vitrine.
  • Sur la face Est, on trouve deux masques blancs Okuyi, portés par des hommes montés sur des grandes échasses, qui représentent une grande fille morte. Ces masquent reviennent du pays des morts pour apaiser les vivants.
  • Au centre, un masque ikwara (masculin) avec les mêmes formes  que les masques Ocouyi - mais en noir. Et beaucoup plus dur : il s'agit du masque de justice, qui représente son bras armé. 
Les formes étant les même que les autres, c’est juste la couleur qui assure le rôle du masque et son genre.
  • Masque anthropomorphe Okuyi. Population Punu. Vu de profil.
  • Ce masque Teke Tsayi, sur la face Nord, n’est pas forcément tout le temps porté au niveau du visage. Si l’on distingue le nez et les yeux, les motifs permettent de renverser constamment la composition. Ce masque représente les éléments de la cosmogonie originelle des Teke Tsayi (serpents, arcs en ciel)
  • Populations Kwelé, Adouma et Nzebi. Cartel vitrine Afrique 111 (novembre 2018) Forêts d'Afrique équatoriale Plateau des Collection © musée du quai Branly - Jacques Chirac
  • Population Puni et Téké-Tsayi. Cartel vitrine Afrique 111 (novembre 2018) Forêts d'Afrique équatoriale.  Plateau des Collections © musée du quai Branly - Jacques Chirac.
×

© musée du quai Branly - Jacques Chirac, photo Julien Brachhammer